Etude EXPLORE COVID-19

Compte tenu de notre expertise scientifique dans l'immunité innée, nous avons mené une étude translationnelle exploratoire, appelée EXPLORE COVID-19, en collaboration avec les Hôpitaux Universitaires de Marseille – AP-HM (Hôpital de la Timone et Hôpital Nord) et de l’HIA Laveran et le laboratoire d'immunoprofiling de Marseille Immunopôle/AP-HM de l'hôpital de La Timone, à Marseille, afin d'analyser les cellules immunitaires de patients atteints de COVID-19 à différents stades de la maladie.

Grâce à cette analyse, notre objectif était de mieux comprendre l'impact de la réponse immunitaire sur l'évolution de la COVID-19 et les voies capables de moduler cette réponse. Nous avons notamment mis l'accent sur les cibles d'Innate Pharma qui pourraient jouer un rôle dans le contrôle de l'infection virale ou de l'inflammation induite par le SRAS-Cov2.

Cliquez ici pour lire le communiqué de presse publié le 3 avril 2020.

Résultats de l'étude EXPLORE COVID-19

Le 29 juillet, les résultats de l'étude translationnelle EXPLORE ont été publiés dans Nature. Dans un article intitulé "Association of COVID-19 inflammation with activation of the C5a-C5aR1 axis", les chercheurs ont révélé plusieurs résultats clés.

Plus particulièrement, ils ont observé des niveaux élevés de C5a et une suractivation des cellules myéloïdes dépendantes de C5a, qui contribueraient à l’inflammation des poumons.

L'analyse a montré que le blocage de la voie C5a-C5aR1 pourrait limiter l'infiltration des cellules myéloïdes aux sites inflammatoires et prévenir l'inflammation pulmonaire associée à un SDRA chez les patients atteints de COVID-19.

L’étude a également porté sur avdoralimab (IPH5401), un anticorps au stade clinique, bloquant C5aR1 (CD88). Avdoralimab empêche le recrutement et l'activation des cellules myéloïdes induits par C5a, et les résultats suggèrent que le blocage de l'axe C5a-C5aR1 pourrait être considéré comme une stratégie thérapeutique potentielle pour les maladies respiratoires graves associées à l'infection par le SARS-Cov-2.

Sur la base de ces résultats, nous avons annoncé le début d'un essai clinique de phase II avec l'avdoralimab afin de tester son potentiel à réduire la réponse inflammatoire dans les poumons (plus de détails ci-dessous - Essai FORCE).

Cliquez ici pour lire le communiqué de presse publié le 29 juillet 2020.

Des résultats supplémentaires de l'étude EXPLORE ont été publiés le 1er juillet dans la revue Cellular and Molecular Immunology. Cette publication, intitulée "Identification of druggable inhibitory immune checkpoints on Natural Killer cells in COVID-19", se concentre sur l'expression des récepteurs inhibiteurs CD39, NKG2A et PD-1 sur les cellules NK. L'étude suggère que les anticorps thérapeutiques bloquants ciblant ces molécules déjà utilisées pour l'immunothérapie du cancer pourraient être réutilisés pour combattre l'infection par COVID-19 (voir ci-dessous - Essai IMMUNONCOVID-20)

 

Essai FORCE

Le 28 avril, nous avons annoncé qu'un premier patient a été traité dans un essai clinique randomisé en double aveugle de Phase II évaluant la tolérance et l’efficacité d’avdoralimab, notre anticorps anti-C5aR, chez des patients atteints d’un COVID-19 entrainant une pneumonie sévère.

L’objectif de cet essai clinique indépendant, nommé FORCE , est d’améliorer la proportion de patients atteints d’une pneumonie sévère due au COVID-19 qui n’ont plus besoin d’être hospitalisés, et de réduire le besoin et la durée de ventilation mécanique chez les patients atteints d’une pneumonie compliquée par un SDRA due au COVID-19.

Cliquez ici pour lire le communiqué de presse.

Essai IMMUNONCOVID-20

Une étude contrôlée, randomisée, explorera monalizumab et avdoralimab, parmi d'autres bras de traitement, afin d'étudier leur efficacité potentielle contre le COVID-19 chez les patients atteints de cancer et présentant des symptômes du COVID-19 légers et ou souffrant de pneumonie, respectivement. 

L'objectif principal de cette étude, sponsorisé par le Centre Léon Bérard de Lyon, appelée IMMUNONCOVID-20, est de comparer, par rapport aux standards de soin, les taux de mortalité à court terme chez les patients atteints d'un cancer avancé ou métastatique qui sont positifs pour le COVID-19 traités avec un analogue de la chloroquine (GNS561), un anti-PD1 (nivolumab), un anti-NKG2A (monalizumab), un anticorps anti-IL-6R (tocilizumab) ou un anti-C5aR (avdoralimab).

 

Innate Pharma a obtenu un financement dans le cadre de l’appel à projet PSCP-COVID (Projets de recherche et développement structurants pour la compétitivité), afin de soutenir les activités de recherche et de développement de la Société dans la COVID 19. Cet appel à projets est opéré pour le compte de l’Etat par Bpifrance dans le cadre du Programme d’investissements d’avenir (PIA), piloté par le Secrétariat général pour l’investissement (SGPI). Cliquez ici pour lire le communiqué de presse.