Vendredi, Octobre 23, 2020 - 07:00
  • Ce paiement d’étape renforce la position de trésorerie d’Innate 

  • INTERLINK-1 est la première étude de Phase 3 étudiant une approche d’immunothérapie chez des patients présentant un cancer de la tête et du cou en rechute ou métastatique préalablement traités par une chimiothérapie à base de sels de platine ainsi qu’une immunothérapie anti-PD-(L)1

Innate Pharma SA (Euronext Paris : IPH – ISIN : FR0010331421 ; Nasdaq : IPHA) (« Innate » ou la « Société ») a annoncé aujourd’hui qu’AstraZeneca (LSE/STO/Nasdaq: AZN) a traité le premier patient dans son essai clinique de Phase 3, INTERLINK-1, évaluant monalizumab en combinaison avec cetuximab chez des patients présentant un carcinome épidermoïde de la tête et du cou en rechute ou métastatique et préalablement traités par une chimiothérapie à base de sels de platine ainsi qu’une immunothérapie anti-PD-(L)1 (« CETC r/m prétraités à l’IO »). Monalizumab est un inhibiteur de point de contrôle immunitaire potentiellement « first-in-class » ciblant le récepteur NKG2A exprimé sur les lymphocytes cytotoxiques NK et T CD8 infiltrés dans la tumeur. Monalizumab est le produit le plus avancé d’Innate sous partenariat.

Le traitement du premier patient dans cet essai a déclenché un paiement d’étape de 50 millions de dollars d’AstraZeneca à Innate.

« Nous sommes très satisfaits de voir que notre partenaire AstraZeneca a fait progresser monalizumab, notre produit le plus avancé sous partenariat, en Phase 3. Le lancement d’INTERLINK-1 représente une étape financière importante pour Innate, déclenchant un paiement d’étape de 50 millions de dollars qui viennent renforcer notre position de trésorerie jusqu’à fin 2022, » commente Mondher Mahjoubi, Président du Directoire d’Innate Pharma. « Les progrès constants et rapides de ce programme témoignent de notre solide collaboration avec AstraZeneca, et nous espérons qu'ensemble nous apporterons une nouvelle option de traitement à cette population de patients dont les besoins médicaux non satisfaits sont importants. »

« Les patients présentant un CETC prétraités par de l’immunothérapie constituent une population de patients nouvellement définie qui est actuellement mal servie. Nous sommes impatients d'évaluer la nouvelle combinaison de monalizumab et de cetuximab dans l'étude de Phase 3 INTERLINK-1 », commente Cristian Massacesi, Vice-Président senior, responsable du développement avancé en oncologie d’AstraZeneca.

Présentée au congrès 2019 de l’ESMO, la combinaison de monalizumab et cetuximab a montré un profil de sécurité satisfaisant et un taux de réponse de 27,5% (36% pour les patients n’ayant jamais reçu d’immunothérapie (n=22) et 17% pour ceux ayant déjà été traité par immunothérapie (n=18)). Sur la base de ces résultats de Phase 1b/2 et du besoin médical non satisfait pour la population de patients prétraités à l’IO, AstraZeneca et Innate ont pris la décision d’avancer ce programme en Phase 3.

Lors du congrès virtuel de l’ASCO20, Innate a présenté des données préliminaires de l’extension de cohorte de la Phase 2 explorant la combinaison de monalizumab et cetuximab chez des patients présentant un CETC r/m prétraités à l’IO (cohorte 2). Ces données ont confirmé un taux de réponse globale (ORR) de 20% parmi 40 patients. Dans l'ensemble et à ce jour, les données des combinaisons soutiennent le développement accéléré de monalizumab et cetuximab dans cette indication. Innate présentera une mise à jour de ces données lors d’un prochain congrès scientifique.  

À propos d’INTERLINK-1: 

INTERLINK-1 est une étude de Phase 3 à l’échelle internationale, multicentrique, randomisée et en double aveugle, évaluant monalizumab en combinaison avec cetuximab contre le placebo en combinaison avec cetuximab. Elle comprendra environ 600 patients présentant un carcinome épidermoïde de la tête et du cou récurrent ou métastatique, qui ont été préalablement traités par une chimiothérapie à base de sels de platine et des inhibiteurs de PD-(L)1 (« CETC r/m prétraités à l’IO »).
Le critère d'évaluation principal est la survie globale, les critères d'évaluation secondaires étant la survie sans progression, le taux de réponse global, la durée de la réponse, la tolérance et la qualité de vie. Des détails supplémentaires sur l'essai clinique INTERLINK-1 sont disponibles ici

À propos de l’accord entre Innate et AstraZeneca sur monalizumab :

Le 24 avril 2015, la Société a signé un accord de co-développement et de commercialisation avec AstraZeneca afin d’accélérer et d’élargir le développement de monalizumab.
Les termes financiers de l’accord prévoient des paiements potentiels à Innate Pharma pouvant aller jusqu’à 1,275 milliard de dollars. En tenant compte du paiement de 50 millions de dollars reçu pour l’inclusion du premier patient dans l’essai clinique de Phase 3 INTERLINK-1, Innate Pharma a déjà reçu 400 millions de dollars. 
AstraZeneca enregistrera les ventes et paiera des redevances sur les ventes nettes, dont le taux varie entre low double-digit et mid-teen, dans le monde, hormis en Europe où Innate Pharma percevra 50% des profits et de pertes. Innate cofinancera le programme de développement de Phase 3 de monalizumab à hauteur de 30%, une limite à l’engagement financier d’Innate ayant été préétablie. 
 

A téléchargerTaille
PR in English234.09 Ko
CP en français233.53 Ko